ALAIN DIMPRE


Aller au contenu

Evolution toile

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

PrécédentPlaySuivant
PrécédentPlaySuivant
PrécédentPlaySuivant

A l'atelier, novembre 2015



Crédit Agricole St Pol sur ternoise en présence des clients- juin 2018


Sur plage Bretonne

__________________________________________________________________________________________________________

Avant de commencer une toile je dois savoir quels points mettre en avant en fonction du sujet observé ; Le dessin, la composition, l'harmonie des couleurs, les tons et les valeurs déterminent l'exécution. Je cherche l'approche la plus efficace pour arriver à mes fins. Plus je peins, plus j'affine mon regard et la conception de ce qu'est la fonction d'artiste. Il est très important d'être toujours en recherche et d'aller toujours plus loin dans la maîtrise.

"Je peins toujours plusieurs toiles en même temps, de tailles et de sujets différents. Je les monte simultanément ; pendant que l'une sèche, je poursuis la suivante et ainsi de suite. De fait... je suis toujours dans le processus de l'action de peindre...

Je dois être prêt à relever un défi, avoir une image très nette et très sensible de ce que je veux peindre. Utiliser le sujet pour rendre l'émotion du lieu, du corps, de l'instant.
A l'atelier, je travaille à partir d'esquisses, de croquis réalisés sur nature et très rarement sur photo. Si je commence sans savoir où je vais, sans image mentale de ce que je veux peindre, je passe à coté et dois m'y reprendre après avoir recadré mon idée.
Plus le sujet a été réfléchi, pensé, visualisé en termes de composition et de valeurs, la réalisation va au terme jusqu'au moment où je me dis… " Voilà, c'est fini ! "

Réflexions


Au moment où le " rien ", le mauvais goût et l'argent triomphent. Où la peinture ne se reconnait plus, où la plupart ne savent plus regarder, apprendre et apprendre encore. Ils ne connaissent plus l'amour du métier et se privent du moment de bravoure.

Après mes années passées aux arts appliqués de Calais et mes deux passages à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, j'ai voulu peindre.
Peindre seulement ce que je ressentais non au nom d'un engagement mais pour résister au diktat de la mode et m'affranchir d'une partie de cet apprentissage.
Peindre ce que l'on voit sans artifices n'est pas facile, qui ne le sait. Il est même particulièrement délicat. Le métier demande un apprentissage sérieux et une concentration de tous les instants. La réussite n'est pas assurée, les moments de doute et d'insatisfaction, les heures de désespoir, l'emportent sur les cris de victoire.
Je me souviens des paroles de mon père quand je lui avais annoncé ma détermination à suivre la voie des études artistiques " Tu veux en faire un métier ? Alors… avances, écoutes les conseils de Jeanne Thil et de tes maîtres. Travailles beaucoup, regardes et dessines tout ce que tu vois. Comprends ce que tu regardes. Un brin d'herbe, un portrait, un paysage…tout est important, avances en t'appuyant sur les techniques apprises et maitrisées. C'est ta chance de pouvoir faire ce que tu veux et prendre du plaisir en travaillant.



Biographie | Peintures | Textes | Atelier | Expositions | Hommages | Evolution toile | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu